Accueil > Archives > Archives congrès > Congrès SNES-FSU 2007 > FSU Thème 1 - Education, formation, recherche : enjeux d’avenir

Ve Congrès fédéral national de la FSU - Marseille 2007

FSU Thème 1 - Education, formation, recherche : enjeux d’avenir

paru le lundi 29 janvier 2007

FSU/ Congrès 2007

Thème 1 : "éducation, formation, recherche : enjeux d’avenir"

Projet de plan

Remarques préalables :
- Il ne s’agit pas de réécrire l’ensemble des mandats élaborés aux congrès précédents (qui restent valides dans l’ensemble sauf modifications explicites) mais plutôt de centrer la réflexion sur les éléments nouveaux apparus depuis le dernier congrès, liés aux évolutions de la situation et aux points éventuels sur lesquels il y a un débat non tranché dans la fédération. (reprendre si nécessaire les fenêtres - avec les propositions diverses soumises au débat - ou quelques zooms pour mettre l’accent sur un élément qu’on souhaite faire ressortir)
- Afin de redonner les mandats principaux, on pourrait, en introduction du texte, rappeler nos grandes orientations contenues dans la plaquette réalisée en début d’année et rappeler les thèmes travaillés depuis Perpignan (liaison formation - qualification - emploi, VAE, formation professionnelle...)

Plan :

1/ Le contexte a changé :
A Perpignan, dans un contexte marqué par l’allongement des scolarités, l’augmentation du nombre des jeunes scolarisés, mais aussi par la panne de démocratisation du système éducatif, la FSU avait ouvert de nouvelles questions, commencé à explorer de nouvelles pistes :
- Massification/ Démocratisation ségrégative
- Culture commune pour tous
- VAE / formation tout au long de la vie
- Alternance / apprentissage
Sans nier la nécessité de trouver des solutions immédiates pour les élèves en très grande difficulté scolaire, la FSU a rappelé l’importance de la prévention de l’échec et son attachement à un collège vraiment pour tous... Faisant le pari de l’avenir, elle a revendiqué un “nouvel “ élan ” pour l’éducation.

Pour le prochain congrès de Marseille, le contexte est totalement modifié, très dégradé : avec la loi Fillon, son socle commun, mais aussi les aspects éducatifs de la loi Borloo, la loi dite “ égalité des chances ” et autres textes organisateurs, avec la remise en cause de l’éducation prioritaire. C’est à une véritable orientation lourde, de transformation fondamentale des objectifs et du rôle assigné à l’école que nous sommes confrontés. La fracture scolaire se développe en liaison avec une fracture sociale qui s’agrandit. C’est une école à plusieurs vitesses, basée sur un véritable tri social que le gouvernement entend mettre en place.
Individualisation, compétences, décentralisation, autonomie, contractualisation, pilotage par la performance, ... deviennent des notions centrales.
Se développe en même temps une campagne remettant en cause les diplômes et l’élévation généralisée des qualifications.
L’objectif affiché du Gouvernement et de nombreuses régions de développer l’Apprentissage sous des formes diverses menace l’enseignement professionnel.
Le Service Public d’éducation fait l’objet de réductions budgétaires massives pendant que se développent privatisation et marchandisation du système éducatif.
Cela en liaison avec la mondialisation libérale, avec nombre d’orientations européennes contestables, et le pilotage par des indicateurs du type PISA.

Face à cette situation, les approches des forces syndicales et sociales du monde éducatif sont diverses (cf. rapport Thélot ou socle commun).

En même temps, les jeunes sont confrontés à des difficultés multiples (discriminations, retombées de la loi sur l’immigration pour les étudiants, menaces d’expulsion des jeunes sans papier avec leurs familles ; stages non rémunérés....)

2/ Maintenant et pour l’avenir, les besoins des jeunes et de la société :
C’est d’une véritable « société de la recherche et de la connaissance » pour tous et avec tous que notre pays a besoin
- réels besoins culturels, économiques et sociaux pour le XXIème siècle
- nécessité de développer la « qualification des emplois » en même temps que la « qualification des personnes »
- nécessité d’un développement considérable de la recherche
- formation de citoyens libres, critiques, éclairés, maîtrisant savoirs et compétences, nécessaires dans le monde actuel pour s’insérer socialement et professionnellement, intervenir, évoluer ; formation de travailleurs ayant les moyens de maîtriser leur travail et de transformer celui-ci ;
- élévation des qualifications (y compris pour ceux qui veulent accéder aux métiers de l’éducation et l’enseignement !), rôle des diplômes
- exigence d’une formation initiale de qualité, gage de formation tout au long de la vie (dont accès au bac et au post bac)
- développement sur l’éducation au sens large, école et hors école.
- des droits à l’éducation et à la formation pour vraiment tous les jeunes (de milieux populaires, filles/garçons, en situation de handicap mais aussi exclus, en prisons, sans papiers, ...)

3/ Formations, insertion, qualifications, emploi...
Après la “ crise des banlieues ”, la bataille CPE, ces questions se posent avec urgence :
- professionnalisation des études, des parcours professionnels
- le post bac : Diversité ? Rapprochement ? Pas seulement en terme d’élargissement de l’accès au post bac (déjà traité dans partie 2) mais aussi en terme de réussite (cf premier cycle universitaire) et de formation, qualification, diplômes, insertion
- analyse de la réforme LMD (traiter aussi ici de la question de l’alternance dans le sup),
- Diplômes, qualifications, compétences... lien à emploi : CECP/CNCP, répertoire des certifications professionnelles
- VAE ; formation tout au long de la vie, DIF (pas seulement en terme de formation professionnelle : formation générale, culturelle également) [insister sur la nécessité d’un investissement accru de la FSU sur ce dossier ? (lier à thème congrès sur syndicalisme]
- quelles propositions pour un dispositif emploi formation tout au long de la vie[en liaison avec thème 3 du congrès]

4/ Quelle recherche ?
-  rôle et importance de la recherche pour le développement scientifique, culturel et social (attention à redondance avec § dans chapitre besoins de la société)
-  menaces sur le service public de recherche (voir aussi thème 3 du congrès)
-  quelle politique nationale de recherche ?
-  les propositions fédérales

La recherche en éducation serait traitée plutôt dans 5 en lien avec la formation des équipes pluriprofessionnelles, mais les liens avec recherche fondamentale doivent être abordés ici.

5/ Eduquer, former les enfants et les jeunes...
Contre toute réduction des ambitions pour l’ensemble de la jeunesse, face à une politique manifeste de renoncement, approfondir les questions des savoirs et des contenus, des parcours scolaires, ...

Le décalage augmentant actuellement entre les besoins définis dans le chapitre précédent et les réalités en terme d’inégalités sociales et de difficultés scolaires, il nous faut développer nos propositions pour assurer la réussite de tous, l’élévation généralisée des qualifications et stopper les sorties du système éducatif sans qualification :

1- objectifs généraux
-  pour une culture commune, sur la place des savoirs
-  pour une

2- démocratisation, réussite de tous

- sur la prévention et le traitement de la difficulté scolaire (dont la grande difficulté),
- quelles aides, soutiens, remédiations ? (individuelles ? collectives ?)
- contre l’éviction scolaire précoce (et ses dispositifs divers dont l’apprentissage - junior),
- quelles pratiques professionnelles ?
- pour une véritable relance de l’éducation prioritaire
- sur l’allongement de la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans,
- sur les études post bac (propositions sur les structures, le fonctionnement, la liaison à la recherche, etc.), quelles contre propositions face à la réforme LMD ?
- pour un service public d’orientation amélioré, aujourd’hui remis en cause
- sur la prise en compte des spécificités (langues régionales...)

3- formation professionnelle
-  sur le rapport apprentissage/ enseignement professionnel/ alternance

4- fonctionnement du système
-  sur le rôle du service public, des collectivités territoriales, etc.
-  sur le fonctionnement de l’Ecole (dont question de l’autonomie/centralisation)
-  Quels financements pour le système éducatif ?
-  sur les responsabilités respectives de l’école et du hors école

5- Formation et recherche
-  pour une élévation des qualifications, la formation initiale et continue des personnels des équipes pluri-professionnelles
-  sur la recherche notamment en éducation et ses liaisons avec la formation

Conclusion :
Ce congrès FSU se situera à quelques mois des élections présidentielles : il doit envoyer un message fort, un APPEL FEDERAL OFFENSIF sur l’arrêt des destructions, la transformation du système et les moyens de cette transformation