SNES-FSU 58
Bd P. de Coubertin
58000 Nevers
03.86.61.18.60

Accueil > Nièvre > Echos des établissements > Lycée Maurice-Genevoix (Decize) > 350 manifestants dans les rues de Decize

350 manifestants dans les rues de Decize

paru le mardi 29 janvier 2008

Ce mardi 29 janvier, c’est plus de 350 manifestants qui sont venus dire le refus des projets du Rectorat concernant la fermeture de trois BEP sur quatre au lycée de Decize l’an prochain.

Elèves, Parents, Elus et Personnels tous étaient là pour refuser que l’on ampute le lycée. Ces modifications d’offre ne touche que les formations professionnelles cette année, mais elles remettent en cause le rôle du lycée qui offrait un large panel de formation permettant aux élèves de troisième de trouver localement une poursuite d’étude. Leur application réduisait les capacités du lycée à accueillir les élèves qui ne peuvent aller en seconde générale et technologique, ce qui augmentera le nombre d’élèves qui arrêteront leurs études sans diplôme qualifiant.

Le SNES 58 soutient les personnels et demande que ces décisions soient revues.

Fédération Syndicale Unitaire

Discours de la section SNES-FSU au titre des enseignants :


Le Rectorat prévoit de supprimer trois des quatre BEP qui existent actuellement au lycée de Decize sous prétexte de la réforme des BAC professionnels. Selon le Ministre de l’Éducation Nationale, cette réforme devait être adaptée dans les zones rurales. A Decize, adaptation veut dire fermeture, non pour des raisons d’effectifs ou de débouchés, mais uniquement parce que le Rectorat doit supprimer 293 emplois d’enseignants dans l’Académie cette année. L’adaptation de cette réforme aux zones rurales, l’adéquation des choix avec les besoins des populations ne sont donc que de la poudre aux yeux. Il faut supprimer ! Et pour Decize, c’est trois BEP sur quatre : Outillage, Secrétariat et Comptabilité. Des formations qui débouchent sur l’emploi, soit directement, soit après une poursuite d’études jusqu’au BTS.
De plus, la demande répétée et pertinente d’ouverture d’une filière médico-sociale (ST2S) au lycée est encore refusée.
Certes, le Rectorat pourra rétorquer qu’il ouvre un CAP à Decize l’an prochain, ce qui était une nécessité, mais qui ne concerne pas le même public.
Avec ces projets, des élèves de troisième vont se retrouver sans solution d’études dans le bassin decizois l’an prochain. Certains iront grossir les rangs des 17% d’élèves qui arrêtent leurs études après la troisième, alors que le Rectorat, comme le Ministère disent qu’il faut réduire ce pourcentage.

Si nous sommes réunis aujourd’hui, c’est que nous n’acceptons pas de voir démembrer peu à peu un service public fondamental. En effet, le lycée de Decize participe à la formation de la jeunesse. Il construit l’avenir économique de ce bassin. Il maintient les jeunes sur le secteur. Avec ces fermetures, le lycée sera fragilisé, et certaines filières comme le BTS PME-PMI seront menacées à brève échéance.

Le Rectorat doit donc nous écouter et revoir sa copie, afin que le lycée continue d’offrir des formations pour tous les jeunes.