Accueil > S3 > Dossiers académiques > Exercice de nos métiers > Contenus - Observatoires > Quel(s) savoir(s) pour quelle société ?

Colloque académique du SNES

Quel(s) savoir(s) pour quelle sociĂ©tĂ© ?

paru le mardi 6 janvier 2009

Le SNES académique organise un colloque le mardi 17 février au lycée Carnot à Dijon.

L ’École, parce qu’elle est le lieu où une société construit son avenir
mérite bien autre chose que des réformes brutales faites à la va
vite et sans concertation.
Si l’École est un lieu de transmission de savoirs, il est certainement nécessaire
de s’interroger sur les savoirs qu’elle transmet.
Qu’ils doivent être utiles, personne n’en doute mais cela est tout autre
chose que de vouloir les réduire à un usage immédiatement utilitaire. Des pans
entiers du savoir, qu’ils soient littéraires, artistiques, mathématiques ou historiques
ne peuvent ĂŞtre dissous dans « l’esprit d’entreprise ».
On peut vouloir une École dont le but unique serait d’orienter les élèves
dans le monde du travail et oĂą les savoirs, les programmes et les savoirs-faire
seraient dictés par les seuls impératifs économiques. Nous voulons pourtant
rêver de construire autre chose, une École qui mettrait en partage pour tous,
l’intégralité des savoirs humains.
Au-delà des envies et des goûts des élèves, qui les feront s’orienter vers
tel ou tel choix de vie, il serait dramatique que l’École ne mette pas à disposition
de tous la richesse des savoirs humains.
Là est le débat de fond, soit une École du socle utilitaire de connaissances,
soit une École de la culture commune, qui seule permet de faire société.
Les enseignants que nous sommes, quelles que soient leurs spécialités,
savent au moins une chose : s’il est indispensable de centrer l’enseignement sur
des disciplines précises, il n’y a pourtant de savoir que global.
Il n’y a pas de connaissance historique qui ne soit traversée par les sciences
ou les arts, pas de littérature contemporaine - pas de langage - qui ne soit
heurté par l’histoire du XXe siècle, pas d’usage de la science qui ne bute sur les
questionnements philosophiques ou Ă©thiques. Et donc, pas de savoir qui au fond
ne dise le monde, ses impasses, ses tragédies et ses espoirs.
Au collège ou au lycée, nous transmettons des champs de savoir, tous
Ă©gaux en signification, des parcelles qui ne peuvent prendre sens que si nous
avons le souci de reconstituer l’ensemble du paysage : celui de l’entièretĂ© de
l’expérience humaine dans son être au monde. Mais peut-être est-ce bien cela
qui peut gĂŞner : tenter de faire de chacun, par l’accès au savoir, un ĂŞtre Ă©mancipĂ©
et critique.
L’actuelle réforme des lycées en préparation nous construit une culture
commune appauvrie et parle d’orienter les Ă©lèves vers de grandes dominantes :
Humanité, Sciences de la société, Sciences, Technologie. Domaines qui, dans la
pratique, risquent de s’avérer étanches les uns aux autres. S’il est plus que souhaitable
que les élèves puissent choisir - et non se voir imposer des orientations - nous ne pouvons qu’être inquiets devant des parcours de plus en plus monocolores.
Humanité sans sciences, sciences sans humanité, sciences de la société
centrée sur l’économie et faisant fi de la littérature et des arts, technologie pour
la technologie. Oui, cela fait peur.
Alors, que l’on nous permette de penser autre chose et d’oeuvrer petitement
à ouvrir le débat démocratique qui serait le préalable nécessaire à toute
tentative de reformer, pour le mieux, l’École. Oui, quel(s) savoir(s) pour quelle
société, ce qui est aussi une façon de poser une autre question celle des savoirs
qui demain pourraient structurer la société pour qu’elle mette, enfin, l’humain
au centre.

Programme de la journĂ©e :

MATIN

ECOLE ET SOCIETE

9H30-11H00 Interventions
DENIS PAGET, Professeur au lycée C. Claudel de Blois,
responsable à l’Institut de Recherche de la FSU du chantier
"culture commune"
JEAN VIGREUX, Professeur d’Histoire contemporaine Ă 
l’UniversitĂ© de Franche-ComtĂ©
PASCAL LARDELLIER Professeur de sciences de l’information
et de la communication, Université de Bourgogne
(IUT de Dijon) et chercheur au CIMEOS/LIMSIC.
11H15-12H30 DĂ©bat

PAUSE DEJEUNER

APRES-MIDI

QUELS SAVOIRS CROISES POUR l’ECOLE DU XXIe
SIECLE ?

14H00-15H30 Interventions
JEAN-DAVID MORVAN, Scénariste de bande-dessinée,
Directeur de la collection ex-libris aux Ă©ditions Delcourt
JACQUES POIRIER, Professeur de Littérature française
du XXè siècle Ă  l’UniversitĂ© de Bourgogne
DENIS PAGET, Professeur au lycée C. Claudel de Blois,
responsable à l’Institut de Recherche de la FSU du chantier
"culture commune"
15H45-17H00 DĂ©bat

TĂ©lĂ©charger ci-dessous le modèle de demande d’autorisation d’absence pour le colloque (Ă  dĂ©poser avant le 17 janvier au secrĂ©tariat de votre Ă©tablissement) :

RTF - 56 ko
Modèle de demande d’autorisation d’absence

TĂ©lĂ©charger l’invitation du colloque (modalitĂ©s pratiques) :

PDF - 267.8 ko
Invitation colloque
Programme, horaire, modèle d’autorisation d’absence, coupon d’inscription.