SNES-FSU 21
6, allée C. de Givry
21000 Dijon
03 80 73 64 00

Accueil > Côte-d’Or > Vie syndicale > Mandat électif 2009-2011 > LISTE POUR LA RECONQUÊTE D’UN SYNDICALISME INDEPENDANT

Election du Bureau départemental du SNES de Côte-d’Or (S2) pour 2009-2011

LISTE POUR LA RECONQUÊTE D’UN SYNDICALISME INDEPENDANT

paru le mercredi 22 avril 2009

Pour le retrait définitif de la réforme des lycées,

contre la semestrialisation,

pour le retrait de la réforme Darcos - Pécresse des concours de recrutement,

pour le maintien de l’année de fonctionnaire stagiaire rémunérée

GIF - 5.4 ko

LISTE POUR LA RECONQUÊTE D’UN SYNDICALISME INDÉPENDANT

Notre participation au secrétariat départemental
du SNES Côte d’Or s’étant révélée positive,
nous avons proposé à la liste majoritaire de discuter
en vue de la constitution d’une liste commune pour le
renouvellement du bureau départemental.

Cette démarche n’ayant pu aboutir, nous déposons la liste cidessous
car nous pensons qu’à tous les niveaux du syndicat, nous avons besoin que l’orientation défendue soit clairement définie.

L’orientation de la liste PRSI au niveau départemental
est bien sûr la même que celle défendue aux niveaux
académique et national, c’est pourquoi nous
reprendrons en grande partie le texte déposé au niveau
académique.

Le congrès national du SNES vient de se tenir. Il a
adopté la demande d’abandon de la réforme des lycées
et d’abandon du projet de réforme des concours.
On peut s’en réjouir car ces mots d’ordre correspondent
aux revendications de la majorité de nos collègues.

Cependant, malgré l’adoption de ces mots d’ordre,
une vive discussion a eu lieu durant tout le congrès
entre le secrétariat général et de très nombreux délégués.
En effet, les motions proposées au congrès par
le secrétariat général comportent des propositions
contradictoires avec la demande d’abandon des réformes.

Nous portons à la connaissance des syndiqués les
faits suivants.

La semestrialisation a été rejetée

Face à la mobilisation des enseignants et des lycéens,
Xavier Darcos a dû le 15 décembre annoncer le report
de sa réforme des lycées, dont l’un des éléments
principaux était les « modules » semestriels.

Alors que la majorité des interventions en commission
allait clairement dans le sens du refus de la semestrialisation,
le secrétariat général a tenu absolument
à laisser dans le texte des formulations qui ne
fermaient pas la porte à toute perspective de semestrialisation
(au motif que c’était l’objet de discussions
avec le ministère !)

L’académie de Lille a alors présenté un amendement
clair proposant de « Remplacer le premier paragraphe
par : « Le SNES refuse toute forme de semestrialisation
(organisation des enseignements, organisation
administrative,…)
 ». Les élus PRSI, comme de
nombreux délégués de toutes académies et toutes tendances
(dont ceux de Dijon, mandatés par le congrès
académique de Château-Chinon) ont soutenu ce texte,
qui a été adopté par un vote par mandats.

Le secrétariat général revient sur le vote

Le lendemain le secrétariat général a fait état du fait
que deux académies avaient déclaré s’être trompées
dans leur vote et a demandé un nouveau vote du
congrès. Après deux heures de discussions et trois votes
sur la procédure, le secrétariat général a arraché au
congrès un vote de correction du résultat par 229 pour,
197 contre, 6 abstentions et 10 refus de vote.

L’amendement qui était adopté a ainsi été déclaré refusé.

Pour notre part nous considérons que le recours à de
tels procédés, qui plus est à la veille de nouvelles rencontres
avec Darcos, affaiblit tout le syndicat, alors que
les tentatives d’expérimentation de la réforme se multiplient.

L’enjeu de la semestrialisation

Xavier Darcos a proposé une réforme des lycées dont
« la brique de base » était des modules semestriels. Cela
permettait de réduire l’enseignement d’une discipline
à un semestre, mettre les disciplines en concurrence les
unes avec les autres, en faire disparaître certaines, et en
fin de compte, supprimer des milliers de postes d’enseignants.

Avec la semestrialisation, les enseignants feraient deux
« rentrées » par an, connaîtraient moins bien les élèves
qui, eux, recevraient un enseignement aux contenus nécessairement
appauvris. Cela n’a jamais été une revendication
des collègues, ni du SNES.

Comment comprendre alors que le secrétariat général
du SNES ait combattu, et de quelle façon, l’amendement
qui condamnait le recours à la semestrialisation ?

Pour le retrait de la réforme des concours, pour la défense de l’année de stage rémunérée

On retrouve les mêmes ambiguïtés dans la discussion
sur le projet de réforme des concours. Depuis plus de
deux mois maintenant, enseignants du supérieur et étudiants
sont mobilisés pour le retrait définitif de la réforme
Darcos-Pécresse de la formation des maîtres et
l’ouverture de négociations.

La position de la direction du SNES vient certes d’évoluer
 : « Même si le gouvernement a été contraint de
reculer, nous sommes encore loin des propositions
défendues par le SNES. Pour cette raison le SNES
demande l’abandon de la réforme actuelle
… ».

Cependant, on constate que le secrétariat national
continue à s’inscrire dans le schéma fixé par le gouvernement
 : il revendique que le recrutement des enseignants
ait lieu après l’obtention du master (donc
allongement des études) mais ne fait aucun préalable
ni des pré-recrutements (amendement rejeté), ni du
rétablissement des postes supprimés. D’autre part il a
introduit dans le texte l’idée selon laquelle les futurs
masters comporteraient des « stages d’observation ou
de pratique accompagnée avant le recrutement
 ».

Des stages, avant le concours, n’est-ce pas justement
ce que préconise Darcos, qui propose des périodes
de 108 heures (3h X 36 semaines) au cours desquelles
les futurs enseignants effectueraient des remplacements
rémunérés 3000 euros par an ? Le ministre
cherche ainsi à supprimer l’année de stage rémunérée
qui a lieu après le concours, pour supprimer
4500 postes d’enseignants stagiaires et des milliers de
postes de formateurs. Comment comprendre que le
secrétariat général fasse sienne une telle demande ?

Pour les revendications

Deux journées de grève et de manifestations viennent
de se dérouler les 29 janvier et 19 mars, rassemblant
des millions de salariés dans l’unité. Le gouvernement
persiste dans sa politique qui conduit à la montée
du chômage, dans sa politique de contre-réformes
et de casse des services publics.

Nous avons soumis au congrès la proposition suivante
 : « Dans une telle situation, le congrès considère
qu’une nouvelle journée d’action ou des actions
spectaculaires ne permettent pas de résoudre le problème
posé. En Guadeloupe et en Martinique une
grève générale victorieuse vient de se dérouler. Le
congrès considère que le moment est venu de rassembler
les personnels en assemblées générales et de
faire la proposition de la grève jusqu’à satisfaction
 ».

Nul doute que la majorité des syndiqués du SNES,
comme tous les enseignants, comme tous les salariés,
veulent arrêter les coups portés par le gouvernement
et, après les reculs sur le report de la réforme des lycées,
en obtenir d’autres.

Pour une position syndicale sans équivoque :

- Pour le retrait de la réforme des lycées, le refus de son
« expérimentation », contre la semestrialisation,
- Pour le retrait du projet de masterisation des concours,
contre les stages avant le concours, pour le maintien de
l’année de fonctionnaire stagiaire rémunérée,
- Pour le rétablissement des 13 500 postes supprimés,
- Pour la défense de nos statuts, garantis par les décrets
de 1950, continuellement attaqués,
- Pour les salaires, contre le salaire au mérite, pour le
rattrapage des pertes de pouvoir d’achat, non à une revalorisation
de quelques uns financée par le blocage
des salaires de tous et les suppressions de postes,
- Pour la laïcité, fonds publics à la seule école laïque

Pour le renouvellement du Bureau Départemental de la Côte d’Or, comme pour la CA académique et la CA nationale,

votez pour la liste

POUR LA RECONQUÊTE D’UN SYNDICALISME
INDÉPENDANT (PRSI)

Edith DANRY cert. Lettres Modernes Collège Pasteur Montbard
Sophie LESSAVRE-MERLE cert. Histoire-Géo Collège François Pompon Saulieu
Isabelle ELIES cert. Espagnol Lycée Stephen Liégeard Brochon
Jacques TAISANT cert. Mathématiques Collège Les Lentillères Dijon
Haridas MOUCHIQUEL CPE retraité Dijon
Marie-José DUBOIS agr. Lettres Moderne Lycée Le Castel Dijon
Gérard LAVAU ch. sup. Mathématique Lycée Carnot Dijon
Antoinette BONGARD cert. Allemand Lycée D.Nisard Châtillon/Seine
Philippe GIBERT agr. Lettres Modernes Lycée Prieur de la Côte d’Or Auxonne
Madeleine GAILLARD agr. Mathématiques retraitée Dijon
Anne GATOUILLAT cert. Technologie Collège Pasteur Montbard
Pierre VALLET agr. Sciences Physiques retraité Dijon
Eldina RAVEL cert. Anglais Collège Fontaine des Ducs Châtillon/Seine
Benoît LEUTREAU PLC2 cert. stagiaire Mathématiques Collège Pasteur Montbard
Emilie DUNSMORE cert. Anglais Collège Alesia Venarey-les-Laumes

GIF - 8.1 ko