SNES-FSU 71
2, rue du Parc 71 100 CHALON/SAONE
03.85.42.15.56

Mail : snes71@dijon.snes.edu Permanences

Accueil > Saône-et-Loire > Collèges/CTSD/CDEN > Le moral est touché…

RENTRÉE J-1. LE DÉMANTÈLEMENT DE L’ÉCOLE CONTINUE, LES SYNDICATS D’ENSEIGNANTS SONT OUTRÉS.

Le moral est touché…

paru le dimanche 4 septembre 2011

Par Thierry Dromard, Journal de Saône-et-Loire

A rogner sans cesse sur tous les moyens de l’école, même ceux liés aux élèves en difficulté ou handicapés, le gouvernement touche au moral des enseignants.

« Nous sommes abasourdis, un peu abattus », concède Bruno Himbert, du SNES 71, syndicat d’enseignants du second degré. « En Saône-et-Loire, on enregistre 440 élèves de plus dans les collèges et lycées généraux et technologiques et 30 postes d’enseignants en moins ! »

Depuis quelques années, le ciseau de l’encadrement et des effectifs ne cesse de s’écarteler avec, à chaque rentrée scolaire, le recours à une recette nouvelle pour faire face. Le chargement des classes d’abord, jusqu’à 29-30 en collège et 36-37 en lycée. Puis en 2008, recours aux heures sup’. « Aujourd’hui pour les 53 collèges et les 15 lycées du département, elles équivalent à 270 postes. C’est colossal ! », dit Bruno Himbert. En 2009, les remplaçants deviennent globe-trotters, envoyés jusqu’aux départements limitrophes. [...]

En 2010 était supprimée l’année de stage des professeurs stagiaires pour les rendre opérationnels quasiment sans formation : « Ils font dès leur première année un service complet avec seulement 18 jours de formation en tout et pour tout », déplore Bruno Himbert.

En primaire, Christophe Lecorney (SNUipp) relève que 37 classes ferment (et 60 postes d’enseignants disparaissent) pour seulement 290 élèves en moins « mais cette baisse vient quasi intégralement des moins de 3 ans qui ne sont plus accueillis dans nombre d’écoles ! » Parmi les suppressions, dix postes concernent les RASED (aide aux élèves en difficulté), s’alarme-t-il aussi. [...]

GIF - 2.7 ko
Fédération Syndicale Unitaire

P.-S.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site du Journal de Saône-et-Loire