Accueil > S3 > Dossiers académiques > Système educatif > Réforme du lycée 2018 > Précédentes réformes du lycée > Internat d’excellence à Monteau : les enseignants réagissent

Lettre ouverte des enseignants du lycée Henri Parriat à Monsieur J.-M. Blanquer, Directeur général de l’enseignement scolaire au Ministère de l’Education nationale

A l’occasion de votre venue à Montceau les Mines ce vendredi 14 octobre 2011 pour la présentation du futur internat d’excellence au lycée Henri Parriat, les enseignants tiennent à vous adresser les remarques suivantes :

-  Si le choix du lycée Henri Parriat ne peut être que la reconnaissance de l’important travail de l’équipe éducative en matière d’accompagnement de tous les élèves vers la réussite depuis plusieurs années, ce projet ne doit pas masquer les incohérences qui se multiplient au sein de l’Education nationale.

-  L’évolution des programmes scolaires qui accompagnent une réforme du lycée (dont vous êtes le pilote chargé de la mise en œuvre), de plus en plus décriée à l’occasion de sa mise en place l’an passé en 2nde et cette année en 1ère : ces programmes (dans de très nombreuses matières : S.V.T., Histoire-Géographie, Lettres, S.E.S. …, dans les nouvelles séries STIDD et prochainement en STMG…) sont de plus en plus technicistes. Ils s’éloignent de l’intérêt même des élèves et réduisent la diversité des types d’enseignements et formations proposés… Les élèves continueront-ils à pouvoir réfléchir, apprendre à penser ou n’auront-ils qu’à apprendre un savoir « officiel » sans pratique, sans distance critique, sans esprit citoyen ?

-  La disparition des dédoublements officiels et la réduction horaire pour de nombreux enseignements nous condamne à faire des choix souvent contraires à notre éthique pédagogique et éducative, contraints par la réduction des moyens attribués à l’enseignement scolaire !

-  La multiplication des heures supplémentaires au détriment de la création de postes d’enseignement, conséquence de la RGPP avec le non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite entraine un alourdissement conséquent de la charge de travail des collègues. Conjugué au besoin croissant de tâches de coordination et concertation des équipes, il risque d’entraîner un réel épuisement… Faudra-t-il aller jusqu’à « l’implosion » ?

-  L’inquiétude est vive alors que la publication des nouvelles épreuves pour le Baccalauréat 2013 ainsi que des nouveaux programmes pour les classes de Terminales ne vient que confirmer nos craintes quant à une évolution de notre métier que nous ne souhaitons pas : nous ne sommes pas de simples transmetteurs de connaissances ! Nos élèves méritent mieux, nettement mieux l

-  La disparition d’une réelle formation pour nos nouveaux collègues illustre bien le manque de considération pour notre profession… avec la diminution inquiétante de nombre de candidats aux concours de recrutement des enseignants et le mal être de nombreux stagiaires…

La liste est longue… trop longue ! Et cette présentation de l’internat d’excellence ne saurait masquer toutes nos inquiétudes… De plus, nous ne pouvons croire que seul, le Bassin Minier mérite un internat d’excellence ! D’autres élèves Bourguignons mériteraient très certainement aussi d’être accueillis dans cette structure. Un internat d’excellence par Académie… est-ce une politique éducative crédible ? Ou n’est-ce qu’un effet d’affichage, un de plus, destiné à masquer la réduction des moyens attribués à l’Education nationale et donc à la jeunesse de notre pays ?

Claire Leblanc (SGEN-CFDT) et Pierre Giezek (SNES-FSU)
Délégués syndicaux au Lycée Henri Parriat