Accueil > Yonne > A la Une dans l’Yonne > Le 31 janvier à Paris !

Le 31 janvier à Paris !

paru le mercredi 18 janvier 2012 , par le secrétariat du SNES-FSU 89

Le mois de janvier est traditionnellement dévolu à la présentation des vœux pour la nouvelle année. Le secrétariat départemental du SNES-FSU 89 n’y dérogera pas et vous souhaite ses meilleurs vœux pour 2012.

Cette année 2012 ne sera pas une année tout à fait comme les autres : les échéances présidentielles et législatives vont accaparer une bonne partie de l’actualité dans les mois à venir avec bien évidemment la crise économique qui se poursuit.
Dès à présent, chaque camp lance des projets, des idées – plus que de véritables arguments, d’ailleurs – sur les différents sujets économiques, de société et notamment en matière d’éducation, ce qui nous concerne au premier chef.

Et dans le domaine éducatif, il nous semble important que notre profession fasse entendre ses attentes, ses revendications quant à l’avenir de notre métier. Parce qu’il serait quand même inconcevable que l’avenir de l’Ecole se décide sans nous !
Et pourtant …

Depuis 2007, les suppressions de postes n’ont pas cessé : plus de 34 000 dans le 2nd degré (dont 1087 dans notre académie) et encore 5600 prévues en 2012 (157 dans l’académie, dont 29 pour notre département alors que nous compterons 134 élèves en plus !). Chacun d’entre nous a vu au quotidien, d’année en année, la situation se dégrader dans les classes mais cette politique mortifère pour l’Ecole se poursuit et se poursuivra d’après le gouvernement en place.

Et maintenant, c’est la nature même de notre métier que l’on voudrait changer en confiant notre évaluation au seul chef d’établissement et à ses adjoints, faisant de lui un véritable petit manager omnipotent qui pourrait se mêler de tout – même de notre pédagogie ! – et qui, ainsi, aurait la main mise sur la progression de notre carrière.

La profession a clairement montré qu’elle rejetait ce projet en étant massivement en grève le 15 décembre dernier, période pourtant peu favorable à la mobilisation. En effet, chacun voit bien les dérives possibles, les tentatives de pressions qui s’exerceraient, le risque d’un glissement de l’enseignement, qui reste encore le fond de notre métier, vers la représentation et le paraître. Peu importe en fin de compte ce qui se passerait réellement en classe !

Et l’avenir, ce serait quoi ?
Les vœux de notre Président au monde de l’Education ne laissent pas planer le doute : ce sont nos statuts qui sont dans le collimateur avec rien moins qu’une hausse de notre temps de travail en perspective !
Si cela n’a pas été encore fait, c’est en raison de la crainte de forte mobilisation de la profession.
Quant aux autres projets éducatifs, ils restent la plupart du temps très flous voire ambigus !

C’est pourquoi notre syndicat ne se résout pas comme d’autres à l’attentisme, espérant des lendemains hypothétiquement meilleurs par le simple glissement d’un bulletin dans l’urne. Nous pensons qu’il faut continuer de nous opposer aux projets actuels qui menacent notre profession, aux suppressions de postes qui continuent de casser le système éducatif et qu’il faut peser le plus possible sur les partis politiques actuellement au pouvoir ou qui espèrent l’être demain pour leur signifier que l’avenir de l’Ecole et de nos métiers ne doit pas se faire sans nous.

C’est le sens de la journée exceptionnelle de mobilisation à laquelle nous appelons avec le SNEP et le SNUEP le 31 janvier prochain : journée de nationale de grève avec manifestation nationale à Paris.

Dans notre département, nous avons prévu de nous rendre à Paris en car. Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire en nous envoyant un email snes89@dijon.snes.edu en indiquant votre lieu de départ :

- Tonnerre, gare, départ 9 h45 : covoiturage jusqu’à Migennes

- Auxerre, gare routière à 10 h 00

- Migennes, gare SNCF côté Cheny à 10 h 30

- Joigny, en face de la mairie à 10 h 45

- Sens, place du Rex à 11 h 15

Soyons le plus nombreux possible dans l’action le 31 !

En PJ, notre journal départemental

titre documents joints