Accueil > S3 > Dossiers académiques > Vie du SNES > Congrès SNES 2012 > Fin du Congrès Académique

Fin du Congrès Académique

paru le dimanche 25 mars 2012

Le congrès académique a eu lieu le 22 et 23 mars à Tonnerre.

Les textes préparatoires des 4 thèmes du congrès ont été largement amendé par les représentants des établissements et les membres de la CAA.

Le congrès a adopté le texte action suivant :

Texte action congrès académique du SNES-FSU DIJON

Le congrès académique du SNES-FSU condamne les politiques mises en œuvre par les gouvernements depuis plusieurs années qui conduisent à une dégradation des conditions de vie des salariés et des retraités et accroissent les inégalités.
- Chômage à un niveau jamais vu depuis 12 ans
- Accroissement du nombre de familles sous le seuil de pauvreté
- Pouvoir d’achat en baisse
- Difficultés accrues pour se loger
- Attaques contre toutes les garanties et dispositifs créant de la solidarité : droits sociaux, santé, fonction publique, services publics, justice, etc.
En outre, le congrès académique estime que ces politiques qui excluent et font perdre toute confiance des citoyens dans la solidarité nationale alliées à l’outrance verbale de plus en plus fréquente dont se rendent honteusement coupables des ministres ou des responsables politiques en fonction font le lit de la pensée d’extrême droite qui se banalise.
La crise financière est mise à profit pour accélérer la destruction des services publics, la Fonction Publique, les droits statutaires et sociaux pour donner toujours plus de pouvoir aux organismes spéculateurs au mépris de la démocratie et de la souveraineté des peuples.
Dans l’éducation nationale, la politique menée se fonde sur l’idéologie des dons et du mérite, de l’égalité des chances, du chacun pour soi, de la mise en concurrence, accompagnée d’une baisse du nombre de postes et une attaque des garanties statutaires.
Les propositions de Nicolas Sarkozy vont toujours dans le même sens avec celle, scandaleuse, de vouloir faire travailler davantage les personnels (avec une rémunération insuffisante) et de les rendre polyvalent. De même le développement de l’apprentissage, la volonté de construire l’école du socle et de rapprocher le collège du 1er degré conduirait de fait à limiter l’accès au lycée et aux études supérieures.
Pour les élections présidentielles et législatives, Le SNES-FSU, n’appellera pas à voter pas pour tel ou tel candidat. Il appellera toutefois à faire barrage aux candidats dont les programmes impliquent la poursuite, voire l’amplification de la politique que nous combattons actuellement.

Une véritable rupture est nécessaire avec une politique indigne en matière d’éducation :
Plus que jamais, l’ambition doit aussi être de former des hommes et des femmes capables de comprendre le monde complexe qui les entoure. Former des citoyens qui ne s’en laissent pas conter, aptes à se former un jugement, à prendre part aux grands débats qui nous traversent sans cesse, à développer en eux ce profond sentiment d’humanité et d’altérité sans lequel le monde ne peut vivre en paix.
Les bouleversements actuels transforment l’environnement de travail des personnels enseignants et de vie scolaire et ceux-ci tentent d’y faire face. Individuellement, ils sont de plus en plus sollicités dans un engagement sans fin dans le travail, contre-productif, avec un effet délétère sur eux-mêmes.
La crise actuelle doit pousser à un effort substantiel de la nation pour qualifier les jeunes et leur permettre de réussir leur orientation.
C’est ce que doit exprimer le SNES-FSU pendant la campagne électorale. Cette rupture nécessite :
- Un collectif budgétaire pour la rentrée 2012.
- Retour des stagiaires à 1/3 de service et 2/3 de formation.
- Suppression du dispositif ECLAIR, développement de la politique des ZEP
- Suppression des postes spécifiques
- Suppression du projet d’évaluation
- Limitation des pouvoirs des chefs d’établissement, respect et développement de la démocratie dans les établissements, suppression du conseil pédagogique.
- Refonte de la grille d’avancement intégrant la hors-classe
- Abandon du livret de compétences
- Abandon de la réforme des lycées,
- Refonte des grilles horaires en développant le travail en groupe
- Suppression des journées de carence
Un plan pluriannuel de recrutement avec des pré recrutements
Abaissement des maximas de service des personnels
Augmentation des salaires et des pensions.
Dès maintenant, dans le cadre de la préparation de la rentrée (de nombreux CA se sont prononcés par des votes contre la DHG), le SNES-FSU appelle les collègues à poursuivre la mobilisation avec les parents d’élèves, pour empêcher les suppressions de postes et obtenir les moyens nécessaires à une bonne rentrée 2012.
Le congrès appelle les collègues à se mobiliser sur leurs revendications et en particulier à Dijon ce samedi 24 mars, aux côtés des collègues du Castel.
Quel que soit le résultat des échéances électorales, le congrès appelle tous les personnels à préparer dès la rentrée l’action qui nous permettra d’obtenir les conditions d’une école de la réussite de tous et la mise en place d’une politique éducative, sociale, culturelle, économique nouvelle.