Accueil > S3 > Dossiers académiques > Système educatif > Réforme du lycée 2018 > Précédentes réformes du lycée > Réforme Chatel > Le changement au lycée ? Oui mais … encore avec la réforme Chatel (...)

La rentrée 2012 est marquée par la mise en place de la réforme
Chatel dans les classes de Terminale et en 1ère pour les STMG.
Et avec cette rentrée, toutes les craintes que le Snes avait formulées
se trouvent accentuées ! Les inégalités entre les élèves
des différentes séries d’un même lycée et à fortiori entre les
lycées bourguignons s’accroissent fortement ! Les DHG attribuées
ne permettent pas de mettre en place des « groupes à
effectifs réduits » puisque la notion de « dédoublements » a
officiellement disparu ! Il faut désormais se battre pour obtenir
des groupes permettant d’effectuer des activités (TP, TD …) où
les élèves puissent réellement être en activité et s’approprier
par eux-mêmes les programmes.

Des programmes de la réforme Chatel qui montrent bien leur
infaisabilité tellement ils sont denses ! Le Snes l’avait fait remarquer,
le Conseil Supérieur de l’Education en avait rejeté un
bon nombre… mais son avis n’étant que consultatif, les collègues
doivent désormais faire avec ! Et c’est impossible sauf à
faire du « bourrage de crânes » ! Quelle méthode pédagogique !

Une première brèche vient cependant d’être établie dans la
réforme Chatel avec l’annonce d’un allègement du programme
d’Histoire-Géographie en 1ère S dès cette année !

Nous devons nous engager fermement dans cette voie et faire
savoir fortement ce qui doit évoluer dès cette année dans
d’autres disciplines (lettres, langues vivantes, SES,…). Il y a
urgence pour les élèves et les professeurs !

La réforme des lycées montre aussi la volonté de l’ancien gouvernement
d’affaiblir (pour mieux supprimer ?) les filières
technologiques. La série STI2D en est l’exemple criant (voir
l’article ci-dessous).

Mais ne nous trompons pas : ce qui arrive aux collègues de la
voie industrielle (changement de discipline imposé, manque de
formation, précipitation…) risque de se généraliser ! Le rectorat
demande de nouveau à cette rentrée à certains collègues de
physique de faire des mathématiques ! A quand des professeurs
de … langues vivantes (quelle que soit la langue !), à quand des
professeurs « d’économie » (regroupant les collègues d’Eco-
Gestion, de SES et de ST2S)… ?

De plus, nos conditions de travail se dégradent avec des effectifs
en hausse, des horaires réduits par la réforme avec des programmes
beaucoup trop chargés… Ce n’est pas le métier que
nous avons choisi ! Cette réforme remet souvent en cause les
acquis des décrets de 1950 avec les regroupements de classes et
les programmes des matières du tronc commun…

Cette réforme doit être revue et corrigée
au plus vite. Le changement doit se faire
sentir maintenant, dès cette année, dans
les lycées !

Pierre Giezek