SNES-FSU 21
6, allée C. de Givry
21000 Dijon
03 80 73 64 00

Accueil > Côte-d’Or > Echos des établissements de Côte-d’Or > Le Castel avec les lycéen-nes menacé-es d’expulsion

Le lycée Le Castel à Dijon accueille depuis plusieurs rentrées des jeunes migrants grâce à la classe d’accueil UPE2A. Les parcours de ces jeunes sont divers. Ils n’ont pas tous des papiers et parfois même aucune ressource. Pourtant, ce sont des élèves volontaires pour apprendre et perfectionner leur français, pour s’intégrer dans les classes et se former à des pratiques professionnelles (hôtellerie, aide à la personne, pâtisserie …)


Des personnels d’éducation, des parents d’élèves, des lycĂ©ens et la section locale SNES-FSU, les associations de parents d’élèves FCPE et UNAPE ont crĂ©Ă© un collectif « lycĂ©e d’accueil international du Castel ». A ce jour, 9 lycĂ©ens arrivants en France sont accompagnĂ©s dans leur demande de titre de sĂ©jour et/ou de ressources.
Certains de nos Ă©lèves migrants sont devenus majeurs au cours de l’annĂ©e scolaire et ont Ă©tĂ© « jetĂ©s » Ă  la rue, sans ressources, alors qu’ils Ă©taient logĂ©s jusque-lĂ . La communautĂ© scolaire et le collectif ont rĂ©agi face Ă  cette situation inhumaine en organisant leur soutien et leur accueil au quotidien. Un autre Ă©lève, A., et sa famille ont eu une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Il est arrivĂ© depuis 18 mois et parle maintenant couramment le français. IntĂ©grĂ© parfaitement en section hĂ´telière, il suit des stages oĂą il satisfait totalement ses maĂ®tres de stage.
Nous sommes soutenus et accompagnés par des associations locales d’aides aux réfugiés comme SOS refoulement, la CIMADE, le Réseau Education Sans Frontières 21, le Collectif droit d’asile 21, la Ligue des Droits de l’Homme et nos actions sont relayées par les sections départementales FSU, SNES, CGT et FO. Nous avons interpellé des élus de la municipalité de Dijon, du département de Côte d’Or, de la région Bourgogne Franche-Comté et des députés afin de les alerter sur les situations alarmantes de nos élèves migrants. Cela n’a pas suffi pour améliorer l’accueil ou suspendre l’OQTF d’A. et sa famille. Nous avons poursuivi notre mouvement par des grèves, repas festifs et manifestations avec les lycéens du Castel. Notre dernière manifestation, le 18 mai a rassemblé plus de 300 personnes dans les rues de Dijon.

Nos lycĂ©ens se sont emparĂ©s Ă  ce titre de l’article premier de la constitution de 1789 :

Les Hommes naissent et demeurent libres et Ă©gaux en droits

La proposition de la prĂ©fecture pour A. est la suivante : il faut que sa famille parte, y compris son petit frère actuellement scolarisĂ© en collège, pour que sa demande de titre de sĂ©jour Ă©tudiant soit examinĂ©e. Cette proposition nous scandalise. Nous poursuivons donc notre mobilisation pour accompagner cette famille et crier haut et fort le droit Ă  la scolarisation pour A. et son petit frère.

Mais traiter au cas par cas les dossiers de nos élèves ne suffit pas, nous demandons maintenant au Président de la République et au Ministre de l’Education Nationale un protocole d’accueil de nos élèves migrants, qui donnerait notamment à nos jeunes un titre de séjour et les ressources nécessaires le temps de leur scolarité.