Accueil > S3 > Actualité du métier > Communiqués SNES-FSU > La FSU écrit au ministre des comptes publics

La FSU Ă©crit au ministre des comptes publics

paru le samedi 1er juillet 2017

Monsieur le Ministre,

Nous apprenons par la presse la dĂ©cision du gouvernement de geler la valeur du point d’indice des fonctionnaires. Cette dĂ©cision unilatĂ©rale du gouvernement est inacceptable pour la FSU et pour tous les agents de la Fonction Publique. Ce n’est pas ainsi que nous envisagions un dialogue social respectueux des agents et de leurs reprĂ©sentants et cela Ă  quelques jours de la tenue d’un Conseil Commun de la Fonction Publique.

Cette mesure est profondĂ©ment injuste et nĂ©gative pour la fonction publique : ce n’est pas en portant atteinte aux conditions de rĂ©munĂ©ration de ses agents que l’on renforce le bien commun et notre modèle social.​

Les fonctionnaires ont subi des pertes importantes de pouvoir d’achat depuis plus de 15 ans. Pendant cette pĂ©riode nombre de postes ont Ă©tĂ© supprimĂ©s, ce qui a alourdi leurs tâches, sans pour autant que cela n’entraĂ®ne une revalorisation de leurs rĂ©munĂ©rations. Aujourd’hui, geler leur salaire est donc une double peine, inadmissible.

Ce retour en arrière va continuer d’aggraver la dĂ©gradation du niveau de vie des plus de 5 millions d’agents de la Fonction publique. Alors que depuis 2010, le point Ă©tait gelĂ©, une seule revalorisation de 1,2% est intervenue pour 2016. Cette première dynamique serait tout de suite enrayĂ©e par votre dĂ©cision alors mĂŞme que nous sommes dans un contexte de reprise de l’inflation (prĂ©vision d’inflation revue Ă  la hausse Ă  1,8% pour 2017 et 1,7% pour 2018).

Après six annĂ©es de disette indiciaire entre 2010 et 2016, avancer Ă  reculons c’est aggraver la dĂ©gradation du niveau de vie dĂ©jĂ  vĂ©cue par plus de 5 millions d’agents de la Fonction publique.

Lors d’une rĂ©cente rencontre la FSU vous a demandĂ©, monsieur le Ministre, la tenue d’un rendez-vous salarial pour y discuter notamment de la revalorisation de la valeur du point. Elle rĂ©itère aujourd’hui cette demande.

Geler le point d’indice revient Ă  nier les missions, les qualifications professionnelles et le rĂ´le que les agents de la Fonction publique jouent pour rĂ©pondre aux besoins fondamentaux de la sociĂ©tĂ© et participer Ă  l’activitĂ© du pays. C’est Ă©galement mĂ©connaitre leur engagement quotidien en faveur de l’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral.

La Fonction publique, ses agents, sont un investissement indispensable pour notre pays si l’on souhaite relever les défis qui sont les nôtres en ce XXIème siècle.

D’autres solutions sont envisageables pour traiter de la dĂ©pense publique. Sanctionner 20% des salariĂ©s du pays n’aidera en rien Ă  le redresser. Les agents publics ne peuvent servir de variable d’ajustement Ă  la seule vision budgĂ©taire pour traiter des dĂ©ficits publics.

A la veille du Conseil commun de la Fonction publique, la FSU vous demande de revenir sur cette annonce et d’engager une vĂ©ritable concertation avec les partenaires sociaux. Pour la FSU, geler le point d’indice des fonctionnaires serait une dĂ©cision aussi incomprĂ©hensible qu’inopĂ©rante.

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de mes salutations respectueuses.

Bernadette Groison

Secrétaire Générale