Accueil > S3 > Editorial > Oh Blanquer, si tu savais

Oh Blanquer, si tu savais

paru le mardi 19 décembre 2017

S’il est un point sur lequel le ministre Blanquer ne se distingue pas de ses prédécesseurs, c’est bien de cette tendance à l’annonce tous azimut, frôlant l’indigestion avant l’heure. Quand le New Public Managementvise l’occupation des esprits, l’ambition du SNES est de permettre de faire un pas de côté salutaire pour amorcer l’année 2018 sous les meilleurs auspices revendicatifs. Gageons que la belle victoire des listes Snuipp-SNES présentées pour les élections aux CAP des tout nouveaux Psy-EN EDO en donne le ton !
Que reste-t-il des intentions ministérielles une fois passés en revue les points saillants du budget 2018 ? 2600 postes de stagiaires en moins dans le 2nd degré, alors que les effectifs vont continuer d’augmenter en France, principalement en sixième et en terminales, l’an prochain. Cela accroîtra mécaniquement le taux d’heures supplémentaires à l’heure où il faut être disponible et/ou volontaire pour Devoirs Faits (page 3), pour être le 2nd PP en terminales (page 2)...
Que reste-t-il de la promesse d’améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires, alors que les mesures PPCR prévues en janvier 2018 sont au mieux reportées d’un an, que la journée de carence – une punition, est rétablie, que la CSG va augmenter ?
Le budget 2018 est un budget qui affiche des recettes en baisses (10 Mds qui bénéficieront aux plus fortunés). C’est un budget qui vise à affaiblir la puissance publique, les services publics. Comme pour la défense des salaires (signez massivement la pétition en ligne), le SNES et la FSU sont résolus à s’y opposer. La période de préparation de rentrée qui arrive, nos deux stages syndicaux programmés en février seront des moments clés d’expression de la profession pour faire la lumière sur les réformes en cours.
Ah, c’est sûr, les injonctions à la bienveillance coûtent moins chères ! Bienveillants, certains chefs d’établissements de notre académie feignirent sûrement de l’être lorsqu’en juin dernier, ils enjoignirent les équipes pédagogiques de ne recourir qu’aux niveaux satisfaisant ou très bon pour attester la maîtrise du socle en fin de cycle IV, affichant des taux de réussite crâneurs au tout nouveau DNB !
Accompagner les collègues avec les nouvelles carrières ou les mutations , être aux côtés des professeurs stagiaires, s’informer et débattre dans les stages syndicaux, voilà les axes du travail syndical que les militants du SNES auront à cœur de mener en 2018. Une profession de foi ? Bien sûr, car après le renouvellement de nos instances internes entre janvier et mai, le congrès académique en mars, viendront les élections professionnelles fin 2018. Le vote de chaque syndiqué y sera très important, qu’on se le dise !
Très bonnes fêtes de fin d’année