SNES-FSU 58
Bd P. de Coubertin
58000 Nevers
03.86.61.18.60

Accueil > Nièvre > Infos > Vie syndicale > Election du bureau départemental 2018-2021

Election du bureau départemental 2018-2021

paru le dimanche 13 mai 2018

Du 14 mai au 6 juin, les syndiqués du SNES-FSU, dans un vote à bulletin secret, élisent celles et ceux qui, pour les trois années à venir, assureront la direction du syndicat au niveau national, académique et départemental. Ces élections sont un moment important de notre vie démocratique. Chaque syndiqué devra exprimer 4 votes : deux pour le niveau national (CA Nationale, Secrétaire de catégorie), un au niveau académique (CA Acadamique) et un au niveau départemental (Bureau départemental). Les CA et Bureau une fois élues désignerons en leur sein les secrétariats national, académique et départemental.

Pour le bureau département, une seule liste est déposée dont la composition figure ci-dessous suivi de la motion d’orientation de cette liste :

PDF - 41.9 ko
liste d’union pour la défense du service public d’éducation

Motion d’orientation de la liste d’union pour la défense du service public d’éducation

Vous êtes appelés à voter pour le renouvellement du bureau départemental du SNES. Vous désignerez ainsi ceux qui auront pour trois ans la responsabilité de la section de la Nièvre.
Notre liste regroupe des militants qui sont prêts à s’investir ensemble dans le SNES au niveau départemental pour la défense du service public d’éducation, chacun gardant son indépendance aux niveaux académique et national pour se reconnaître ou non dans un courant de pensée.
Comme syndicat majoritaire, le SNES doit porter l’ensemble des problématiques que rencontrent nos professions, notre liste est composée de collègues exerçant différents métiers de l’Éducation Nationale dans des lieux et des conditions d’exercices variées.

Depuis l’arrivée du nouveau président, les suppressions de postes sont à nouveau au rendez-vous dans la fonction publique. Les menaces contre les services publics et contre le statut de fonctionnaire sont sans précédents.

Dans l’Éducation Nationale, le ministère se livre à un exercice de « communication- manipulation » en direction de l’opinion tout en engageant les « réformes » néfastes du lycée, du bac, de l’orientation et la mise en place d’une sélection à l’entrée de l’université. Toutes ces décisions ont pour objectif de faire des « économies », conformément aux grandes orientations de politique économique fixées par l’Union Européenne et à la doxa ultra-libérale qui veut toujours moins d’État. Il en va de même pour le report partiel des mesures de PPCR. La réforme du collège a été assouplie, mais les points les plus graves demeurent.

Le SNES dans ce contexte doit faire entendre sa voix et porter un projet alternatif dans le sens du progrès pour les élèves et pour les personnels, construit en s’appuyant sur l’expérience de toute la profession et sur la réflexion collective menée à tous les niveaux par ses adhérents. Le bureau départemental prendra toute sa part dans les actions et s’attachera à faire connaître la position des enseignants. Il veillera à informer les collègues et la population des dangers des projets de réformes du lycée, du bac, de l’orientation, mais aussi des attaques contre la fonction publique.

Nous avons pour objectifs de prendre en compte les revendications des collègues, de les aider et les conseiller avec notre section académique lorsqu’ils ont des difficultés, de les représenter dans les divers comités techniques, commissions administratives, et autres, auprès de la hiérarchie et auprès des diverses instances du SNES. Au niveau local, nous continuerons à aider au développement des sections d’établissement, à les soutenir et à coordonner leurs initiatives. C’est en effet dans l’établissement que se construisent les actions et les propositions et que s’ébauchent les revendications.

Nous œuvrerons enfin au sein de notre fédération pour un syndicalisme porteur d’actions et de propositions. Enfin nous porterons des analyses concernant les politiques menées aux niveaux local, national et européen pour que la FSU ne se contente pas de combattre les conséquences de ces politiques dans nos secteurs.