Accueil > S3 > Dossiers académiques > Système educatif > Réforme du lycée 2018 > Précédentes réformes du lycée > Réforme Chatel > Les attaques contre le bac sont nombreuses et pas nouvelles (...)

Les attaques contre le bac sont nombreuses et pas nouvelles !

Réponse au comuniqué du SNPDEN-UNSA

paru le mercredi 12 juin 2013

Suite au communiqué de presse du SNPDEN-UNSA, le SNES-FSU de Bourgogne a publié le communiqué suivant.

Les attaques contre le bac sont nombreuses et pas nouvelles !

Celle du SNPDEN-UNSA est assez surprenante et fait du « buz » en surfant sur la recherche d’économies sans pour autant proposer d’en faire !

Le coût réel du bac étant de 60 millions (y compris les indemnités touchées par les chefs d’établissement qui viennent d’être augmentées …), pour faire 1,5 milliards d’économies il faudrait baisser le salaire des enseignants de 6%. On sait pourtant que les étudiants se détournent des métiers de l’enseignement car les salaires sont trop faibles.

Mais en réalité, le SNPDEN-UNSA ne propose pas de faire 1,5 milliard d’économies mais de réformer le bac pour qu’il soit essentiellement fait en contrôle continu et que les épreuves terminales n’existent que pour 4 matières.

On connait les dérives auxquelles conduisent les épreuves en cours de formation (pressions sur les enseignants par les supérieurs hiérarchiques et par les parents pour mettre des bonnes notes, lourdeurs d’organisations disséminées sur l’année avec désorganisations répétées, possibilités de fraudes considérablement accrues, inégalités d’un lycée à l’autre, évaluation des élèves par leurs propres enseignants, etc.).

Nous venons de vivre dans les lycées une réforme de l’évaluation en langues vivantes pour le bac qui a été condamnée par tout le monde, ne la multiplions pas pour toutes les matières !