6, allée Cardinal-de-Givry
21000 DIJON
Tél : 03 80 73 32 70

Accueil > S3 > Editorial > Plus qu’une semaine !

Plus qu’une semaine !

paru le dimanche 26 mars 2017

Alors que la situation de notre pays nécessiterait un débat de fond sur les projets, la campagne est engluée dans les affaires touchant les candidats de droite, les rivalités intestines, la division de la gauche. L’absence de confrontation véritable des idées sur les sujets centraux comme le devenir des services publics, la fiscalité, la protection sociale, la construction européenne... laissent de fait s’installer les idées xénophobes, dangereuses pour la cohésion sociale, de l’extrême droite.
Cette situation accentue le sentiment de toute une partie de la population de n’être pas représentée par la plupart des partis politiques, témoigne d’une crise de notre démocratie et risque de se traduire par l’abstention voire le vote FN. La victoire de ce dernier constituerait une rupture avec les principes de la démocratie tels que nous les connaissons aujourd’hui. Face au FN, il est donc de la responsabilité des organisations syndicales de montrer la réalité des propositions de l’extrême droite, leur caractère discriminatoire, le caractère non démocratique du Front national dont la Présidente n’a pas hésité à menacer les fonctionnaires, en particulier ceux de la Justice au mépris du respect de la séparation des pouvoirs. Dans le contexte actuel, les futures élections peuvent déboucher sur le choix d’ un candidat porteur des idées les plus libérales sur les retraites, les services publics, la réforme du Code du travail, pire celui d’un candidat de la droite la plus réactionnaire ou de l’extrême droite.
C’est pourquoi, le SNES-FSU avec la fédération a à cœur de faire connaître ses propositions pour le développement des services publics, notamment celui de l’éducation, la protection sociale, la formation des jeunes et salariés afin de diminuer le chômage, la fiscalité etc. L’enjeu réside bien dans le fait d’essayer d’impulser des débats publics, montrer qu’il n’y a pas de fatalité aux dégradations, de la destruction des solidarités, de la montée des inégalités. A cet égard, le SNES demande à la FSU de prendre tous les contacts possibles avec l’ensemble des forces progressistes pour faciliter la prise de conscience des dangers de l’abstention, analyser les programmes des candidats à l’aune de nos revendications.
Dans son domaine propre, le SNES-FSU continue de porter ses propositions pour le second degré en insistant sur les questions de démocratisation et les moyens humains et financiers nécessaires à cela. Il est vital également de développer la syndicalisation, renforcer notre organisation, afin de pouvoir peser le plus fortement possible dans le mouvement social qui aura à prendre des initiatives pour contrer de probables attaques contre notre modèle social.