SNES-FSU 71
2, rue du Parc 71 100 CHALON/SAONE
03.85.42.15.56

Mail : snes71@dijon.snes.edu Permanences

Accueil > Saône-et-Loire > Collèges/CTSD/CDEN > CR du CTSD du 3 novembre 2020

CR du CTSD du 3 novembre 2020

paru le mardi 3 novembre 2020 , par SNES de Saône-et-Loire

PNG

Une rentrée sereine et réussie...

Tels ont été les mots du DASEN lors du CTSD de rentrée qui s’est tenu ce mardi 03 novembre en visioconférence. Sourd aux remarques concernant le malaise enseignant grandissant, l’épuisement des collègues ainsi que le manque de considération dont nous souffrons, M. Ben, DASEN, s’est félicité de la «  confiance absolue  » que le ministère accorde aux enseignants et rejette l’idée même de mépris de la part de notre administration de tutelle  : «  Notre maison ne fonctionne pas sur le mode du mépris  » (sic).

Concernant la situation sanitaire, il s’est félicité de la très faible circulation du virus dans les établissements de Saône-et-Loire depuis septembre. Insistant sur la nécessité du retour à l’école des élèves, ce dernier affirme que ceux-ci ainsi que l’ensemble des personnels d’éducation ne sont aucunement mis en danger grâce à un protocole sanitaire à présent «  renforcé  »  : port du masque obligatoire dès l’école élémentaire  ! Quid de l’hypothèse 1 (cas de circulation active du virus sur tout le territoire) du «  plan de continuité pédagogique  » défini par le ministère  ?...

Il existe donc bel et bien un décalage entre la réalité administrative (une litanie des chiffres et d’indicateurs de pilotage enrobé d’un discours sirupeux) et la réalité/le ressenti du terrain. Ce que la FSU n’a pas manqué de souligner, à la grande surprise du DASEN… L’institution ne reconnaît aucune défaillance  !

Appelé vers d’autres cieux (réunion avec le préfet), Monsieur le DASEN, bien aidé en cela par les conditions extérieures de déroulement de ce CTSD (la visioconférence entravant grandement la réactivité des participants quand ce n’est pas la qualité du son qui est en cause !), n’a pas pu répondre à toutes les interrogations que vous nous avez fait remonter de vos établissements. D’un autre côté, puisqu’on nous dit que tous les indicateurs sont au beau fixe, de quoi pourrions-nous bien légitimement nous plaindre  ?

Les remarques de la FSU concernant les effectifs parfois pléthoriques en établissement sont balayées d’un revers de main par le DASEN, la moyenne départementale des effectifs de collège (tous niveaux confondus) étant de 24,83 élèves par classe. Par ailleurs, il renvoie la gestion des effectifs par division au travail local autour de la DHG (en particulier l’utilisation de la dotation «  qualitative  »)  : à trop privilégier certains niveaux de classe, les équipes pédagogiques déséquilibrent les structures d’ensemble. En résumé, les classes surchargées sont de la responsabilité des choix des établissements au moment de la répartition des dotations. Encore une fois, l’administration délègue la gestion de la pénurie («  l’enveloppe n’est pas extensible  » dixit M. Ben  !) aux équipes de terrain. Cette mauvaise foi coutumière a été vivement dénoncée par la FSU.

Ce CSTD de rentrée a été à l’image de ce que vivent les enseignants au quotidien. De grands discours mais une absence d’échanges réels de point de vue sur les situations qui nous concernent… Bref, à cette occasion, la tâche de représentant syndical a été difficile à mener dans ces conditions.

Déclaration liminaire de la FSU prononcée à cette occasion

Déclaration de la FSU