SNES-FSU 58
Bd P. de Coubertin
58000 Nevers
03.86.61.18.60

Accueil > Nièvre > Actualités > La révision de la carte des ZEP : où est la relance de l’Education Prioritaire (...)

Grève en Seine Saint-Denis aujourd’hui, manifestation du réseau d’Éducation Prioritaire du collège Saint-Exupéry de Mâcon, ou du celui du collège d’Echenon, mobilisation dans le secteur de Lormes, rassemblement hier matin au collège de Fourchambault ... la révision de la carte de l’Éducation Prioritaire ne semble pas être la relance annoncée. Mercredi matin la mobilisation au collège de Fourchambault de la communauté scolaire (deux tiers des élèves ne sont pas allé en classe) montre que dans notre département comme ailleurs ces mesures sont jugées injustes.

Le SNES 58 [1] dénonce le choix (budgétaire ?) de travailler à nombre de réseau constant au niveau national ce qui conduit avec l’augmentation du périmètre à couvrir à la suppression de 6 réseaux dans l’académie.
La politique d’éducation prioritaire (comme l’ensemble des dépenses de l’Éducation Nationale) est un investissement pour l’avenir pour donner à chacun le moyen d’être des citoyens qui contribue au fonctionnement de notre société et de notre économie. Mégoter sur ces dépenses, c’est objectivement ne pas travailler à réduire les difficultés sociales et économiques à moyen terme car c’est renoncer à aider les élèves à développer leur potentiel.

Pour le SNES 58, il ne faut pas casser ce qui fonctionne dans les établissements et ne pas exclure à priori les zones rurales. Il nous semble particulièrement inapproprié d’exclure de l’éducation prioritaire toutes les écoles dépendants d’un collège hors REP. Il est donc nécessaire d’augmenter le contingent d’établissements classés et de cesser de lié le sort des écoles à celui du collège de secteur, pour que l’on puisse parler de relance de l’éducation prioritaire. La SNES et la FSU s’exprimeront dans ce sens aujourd’hui en CTA, et avec tous les militants qui feront le voyage, samedi 22 novembre lors du meeting organisé à Paris à la maison de la Chimie pour interpeller le gouvernement sur les grandes questions de l’Éducation Nationale.

Notes

[1voir aussi notre article du 14 octobre